Vous les avez sans doute déjà croisés, sur une petite route sinueuse ou sur un circuit. Unis comme les cinq doigts de la main, les membres du gang des Mégane R.S. se dévoilent enfin…

Tout a commencé il y a quinze ans, lorsque Mégane II R.S. pointait le bout de son capot. Annonciatrice d’un monde nouveau pour l’automobile sportive, « The Prophet » se distinguait déjà par ses choix technologiques, tel que le train avant à pivot indépendant.

Inspirés par les titres mondiaux de Renault en Formule 1, les mages de la performance donnaient naissance au deuxième membre de la bande : la R26.R, vite surnommée « Mad Meg » en raison de sa radicalité. Allégée de 123 kg et équipée d’un différentiel à glissement limité, son principal fait d’armes consistait à s’emparer du record sur la Nordschleife du Nürburgring.

Il était alors temps de passer le relais à une nouvelle génération. Entre son style toujours plus affirmé, son moteur de 250 ch et le nouveau système de télémétrie embarquée R.S. Monitor, Mégane III R.S. – alias « Petrol Head » – procurait de nouvelles émotions aux passionnés de pilotage.

Vive comme un serpent grâce à une cure amaigrissante et un moteur de 275 ch, la Trophy-R se voyait confier une mission : retourner sur la Nordschleife pour reprendre le record, tombé aux mains d’un obscur commando nippon. En moins de huit minutes, « Snake Eyes » accomplissait sa mission avec brio…

Aujourd’hui, le gang prend une nouvelle dimension avec l’arrivée de « Baby Boss ». Avec son design tourné vers la performance, son nouveau moteur de 280 ch et son système à quatre roues directrices 4Control, Nouvelle Mégane R.S. met tout le monde d’accord. Give me five* !

* Tape m’en cinq !

Share